Accueil » Actualités » L’entraide financière en famille ne cesse de progresser, entre peur de (...)
L'entraide financière en famille ne cesse de progresser, entre peur de l'avenir et refuge affectif

L’entraide financière en famille ne cesse de progresser, entre peur de l’avenir et refuge affectif

La grande majorité des Français affirment haut et fort, cette année encore, que l’entraide financière est d’évidence un devoir de la famille. Décryptage selon le dernier baromètre Carac / Opinion way sur l’entraide financière en famille.

D 29 avril 2017     H 09:07     A Denis Lapalus     C 0 messages

94
0
0
0

Avis sur L’entraide financière en famille ne cesse de progresser, entre peur de l’avenir et refuge affectif

Avis des lecteurs de Epargne Solidaire sur L’entraide financière en famille ne cesse de progresser, entre peur de l’avenir et refuge affectif

Dernier vote effectué :

Le dernier baromètre 2017 Carac-Opinion Way sur l’entraide financière familiale le confirme. Les Français sont généreux, 34% d’entre eux épargnent pour des proches. Une entraide financière répandue puisque 7 Français sur 10 déclarent avoir déjà apporté une aide de ce type à un membre de leur famille.

L’entraide financière en famille ne cesse de progresser

Une épargne essentiellement consacrée aux études supérieures, au permis de conduire ou à un premier achat immobilier. 60% des sondés considèrent d’ailleurs l’épargne comme le meilleur moyen de protéger sa famille (ils étaient 72% en 2016). Dans ce cadre, les livrets d’épargne gagnent du terrain avec 69% contre seulement 52% en 2016. L’assurance vie trône en 2nde position avec 54% des suffrages contre 41% l’an dernier.

La crise en toile de fond de l’entraide familiale

61% des Français déclarent avoir été touchés par la crise économique (dont 40% personnellement). Ils étaient 71% en 2016.

Ils aident leurs proches particulièrement dans les cas suivants :

  • lorsqu’un membre de sa famille a des problèmes financiers (36% contre 42% en 2015) ;
  • lorsqu’il traverse un moment difficile (divorce, perte d’emploi,…) pour 32% (39% en 2015) ;
  • lorsqu’on évoque l’avenir de ses enfants (études, permis de conduire…) pour 29% (30% en 2015).

La majorité des Français aident leurs frères et/ou sœurs en priorité (76%), devant les parents (non dépendants) à 53% et les enfants à 50%. Pour 69%, aider, c’est donner de l’argent (particulièrement chez les 55/75 ans pour 74% d’entre eux).

La peur de l’avenir

75% des Français déclarent avoir peur de l’avenir, ils étaient 81% en 2016.

Perte d’autonomie : le maintien à domicile reste la meilleure solution pour 66% des Français

L’épargne est encore le moyen le plus souvent envisagé pour préparer financièrement sa propre perte d’autonomie devant les contrats spécialisés de prévoyance ou de dépendance (66% contre 60% en 2016). Elle est toujours en première position quand il s’agit de préparer la perte d’autonomie d’un de ses parents et gagne 6 points (58% contre 52% en 2016).

BAROMÈTRE « L’ENTRAIDE FINANCIÈRE EN FAMILLE »

Échantillon de 1000 Français âgés de 18 à 75 ans ayant au moins 1 enfant, frère,

sœur, parent ou grand-parent au sein de leur cercle familial actuel. Individus issus d’un

échantillon national représentatif de la population française selon la méthode des

quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socio-professionnelle et

de région de résidence.

Questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI.

Dates de terrain : interviews réalisées du 22 février au 3 mars 2017.

A consulter également

Epargne solidaire : près d'un million d'épargnants séduits, des encours en hausse de plus de +15%

Diamants, vins : l'AMF s'adapte pour mieux protéger les épargnants

Taxation des revenus : de Macron ou Le Pen, qui promet le plus de réduction d'impôt ?

Dénonciation de fraudes fiscales : le Fisc peut maintenant rétribuer ses indics !

Fiscalité de l'épargne et des placements : comparatif Macron vs Le Pen

Rechercher

Newsletter

News

Fiscalité épargne solidaire

Articles préférés des lecteurs